Indicateurs de l’enseignement et évaluation des systèmes d’enseignement ne forment pas un couple harmonieux et ne sont pas no plus synonymes. Le divorce est possible mais aussi une entente cordiale.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Exposé préparé pour le colloque international sur l’évaluation des politiques d’éducation et de formation, organisé à Lyon du 12 au 13 septembre 2005 par l’Association internationale de sociologie de langue française et par l’Unité mixte de recherche Education & Politiques de l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique).

L’exposé a été publié sous forme d’article (pages 141- 161) dans la revue "Education et Sociétés. Revue Internationale de Sociologie de l’Education. De Boeck-INRP", No. 18, 2006/2, consacré au thème "De la formation à l’emploi : des politiques à l’épeuve de la qualité.

Résumé

Les évaluations des systèmes d’enseignement et des écoles se sont passées des indicateurs pendant longtemps. Par ailleurs, si on parcourt l’histoire des indicateurs de l’enseignement, qui n’a pas plus que 40 ans, on découvre que les indicateurs n’ont pas été élaborés pour évaluer la qualité de l ’enseignement. On pourrait aussi remarquer qu’on a commencé à parler d’indicateurs bien avant que n’éclate la crise de la qualité de l’enseignement. Bref, tous les éléments dont on dispose suggèrent que les indicateurs des systèmes d’enseignement ont été conçus et produits pour d’autres buts que l’évaluation de la qualité. Leur réalisation est reliée plutôt à l’exigence de fournir un outil aux décideurs pour piloter les systèmes d’enseignement et prendre des décisions en connaissances de cause ou pour évaluer la contribution de l’enseignement au bien-être et à la production des richesses d’un pays. L’association entre indicateurs et évaluation est apparue il y a quelques années avec la mise en œuvre par l’OCDE du programme PISA qui, d’une manière explicite, adopte les indicateurs de résultats pour évaluer la qualité des systèmes d’enseignement. Cette démarche, qui a reçu une grande publicité, est néanmoins problématique et soulève plusieurs problèmes méthodologiques qu’il faudra clarifiés à l’avenir.

Les documents de l'article

2006_E_S_article.pdf