Version étendue du texte préparé pour la 2ème rencontre internationale des réseaux EUROsociAL, Antigua (Guatemala), 25-28 juin 2007

Version imprimable de cet article Version imprimable

Egalité, Etat et Citoyenneté : les piliers de la cohésion sociale

La réflexion menée dans ce texte sur le rôle de la scolarisation par rapport à la cohésion sociale met en évidence le mythe d’une fonction amicale de l’éducation, les racines des attentions réservées à l’éducation par les classes dominantes qui ont bâti les Etats-Nation au cours du XIX siècle, ainsi que les changements réalisés dans les nouveaux programmes d’enseignement adoptés progressivement au niveau universel et qui proposent un nouveau Eden éducatif. L’analyse de ces programmes révèle la présence d’une vision idyllique de l’éducation dans une société mondialisée et globalisée qui apporterait le bien-être et la paix universels. Cette conception est prônée par exemple par les organisations internationales qui soutiennent le programme "Education for ALL" ( EPT : Education pour Tous) et ses variantes comme le Fast Track, financé par les membre du G8. La cohésion sociale grâce à l’éducation mondialisée est la perspective critiquée dans cet article. Elle n’attribue pas à l’éducation un objectif d’émancipation. L éducation reste dans les pays pauvres un outil de gouvernance des populations.

Cette article est une version élargie du document préparé pour pour la 2ème rencontre internationale des réseaux EUROsociAL, Antigua (Guatemala), 25-28 juin 2007

Tables des matières :

I. La cohésion sociale : un enjeu pour l’éducation dans les sociétés contemporaines

II. Quelle place pour l’éducation ?

III. L’influence des modèles politiques d’éducation

IV. Les enjeux éducatifs contemporains dans les sociétés des droits de l’homme

V. Conclusion

Les programmes de l’initiative Fast Track sont un exemple éloquent de la mondialisation de l’éducation.

Les documents de l'article

CO_soc_antigua.pdf