La scuola media unica fa acqua e non riesce né a compensare le disuguaglianze sociali di fronte all’istruzione né a colmare i ritardi e le insufficienze nell’apprendimento. Il governo francese si prefigge di cambiarla e l’autonomia delle scuole è considerata una pista valida per migliorarla.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Il ministro dell’Istruzione Pubblica annuncia la scomparsa della scuola media unica

La scuola media unica, uguale per tutti, è stata una conquista delle lotte per democratizzare l’istruzione negli anni del dopoguerra. Non è stata realizzata in tutti i paesi. In Francia è stata fatta nel 1975 dal ministro di centro destra René Haby, tra mille esitazioni e molte resistenze. Il modello va adattato perché i risultati non corrispondono alle aspettative. La dispersione scolastica resta elevata, ie insufficienze o le debolezze al momento presenti all’inizio, invece di diminuire con il passare degli anni crescono. All’uscita dalla scuola media (la scuola secondaria di primo grado) lil divario tra allievi forti e deboli si è allargato. La scuola media unica ha accentuato le disparità e non ha aiutato i deboli ad esserlo meno. La scuola , cosi com’è, non consegue gli obiettivi per i quali è stata realizzata. E’ possibile rinnovarla senza smantellarla ?

In Francia, la scuola media unica si chiama "collège" e dura quattro anni, dopo i cinque di scuola primaria. [1] Numerose ricerche illustrano le difficoltà di funzionamento di una scuola unica uguale per tutti e vantano i meriti di pedagogie differenziate, di un clima d’istituto adatto alla cultura della popolazione che lo frequenta, dello spirito di collaborazione tra insegnanti che concordano sugli obiettivi da conseguire, sulle regole da applicare, sulle sanzioni da imporre. E’ nota l’importanza di presidi carismatici dotati di una forte personalità, rispettati dagli insegnanti, dagli allievi , dalle famiglie , dalle autorità locali. Scuole di questo tipo ce ne sono, ma non a iosa. Non crescono come funghi e per svilupparsi necessitano di un humus favorevole, nutriente, ossia di sostegni esterni e di risorse e mezzi adeguati.

Il ministro francese della Pubblica Istruzione ha ricevuto la missione di riformare la scuola media unica ( vedi riquadro). Il compito non è affatto semplice. Per altro, si sono sperimentati in Europa e negli Stati Uniti svariati moduli di differenziazione interna della scuola media unica , che offrono opzioni a libera scelta e corsi con livelli di difficoltà diversa nelle discipline fondamentali come la matematica o la lingua materna. L’inventività pedagogica da questo punto di vista è senza limiti, ma i risultati di queste variazioni sul tema del programma unico ma differenziato non sono convincenti. Uno dei casi più interessanti da studiare lo si trova nella Svizzera Romanda e nel Canton Ticino dove il modello della scuola media è stato più volte riformato. La tavolozza dei modelli disponibili è dunque assai diversificata. L’indagine PISA permette ora anche di compararli tra loro. Si veda per esempio l’analisi comparata dei risultati di PISA 2000 dei sistemi scolastici della Svizzera Romanda e del Canton Ticino condotta da Douglas Willms(allegato). I risultati elvetici sono sorprendenti. Non c’è infatti una struttura di scuola media che si impone per i risultati conseguiti rispetto ad un’altra.

D’altra parte numerose ricerche hanno confrontato i vantaggi delle cosiddette classi eterogenee rispetto alle classi omogenee dal punto di vista delle abilità e delle competenze degli allievi che le compongono. In certe scuole le classi sono rigorosamente eterogenee : in esse convivono studenti forti e studenti deboli, il che spesso equivale a studenti di tutte le classi sociali. In altre scuole invece si pratica una larvata segregazione sociale e si compongono classi omogenee dal punto di vista delle competenze. Gli studenti deboli compongono classi "pattumiera", date per perse, mentre gli studenti forti sono *coccolati* e seguiti dai migliori insegnanti della scuola. Il giuoco delle opzioni facoltative favorisce il "tracking", ossia una forma di selezione e segregazione operata all’interno della scuola unica. Negli Stati Uniti, la specialista in materia, che per decenni ha lottato con indagini di alto valore contro il "tracking", è Jeanny Oakes, all’Università di Los Angeles. [2] . Un altro specialista americano della questione è Robert Slavin [3] , oppure Adam Gamoran [4] A Ginevra, molte ricerche sono state condotte su queste pratiche senza giungere però a risultati concludenti. [5]

*********************************************

Articolo pubblicato sul quotidiano Le Monde , 8 settembre 2007

Le Monde

Intervista a Claude Lelièvre, professore ordinario di storia dell’educazione all’Università di Parigi V [6] "On confond collège unique et collège uniforme"

Créé en 1975, le collège unique a pour but la démocratisation de l’enseignement secondaire en offrant à tous les enfants les mêmes enseignements au même âge, jusqu’à 16 ans.

Depuis une dizaine d’années, les débats n’ont pas cessé sur la nécessité de passer d’un collège "unique" à un collège "pour tous", ou "pour chacun". Tout en affirmant la volonté de "rompre" avec le collège unique, le ministre de l’éducation nationale, Xavier Darcos, n’a annoncé aucune décision de nature à revenir sur le principe de la scolarisation de toute une classe d’âge dans la même structure.

Claude Lelièvre, professeur d’histoire de l’éducation à l’université Paris-V, auteur de L’Ecole obligatoire : pour quoi faire ? (Retz, 2004), explique comment ce débat a évolué.

Xavier Darcos vient d’affirmer que le gouvernement allait faire "disparaître" le collège unique. Que faut-il comprendre dans cette annonce apparemment historique ?

Deux personnalités politiques ont déjà dans le passé fait des déclarations au moins aussi fracassantes : Alain Juppé, en octobre 1991, qui voulait organiser un référendum pour "casser le collège unique", et François Bayrou, à la rentrée 1993, s’en prenant violemment au "collège unique, collège inique" et s’attirant une réplique cinglante de René Haby puis de Valéry Giscard d’Estaing (respectivement ministre de l’éducation et président de la République, tous deux à l’origine de la réforme). On sait ce qu’il advint : aucune réforme. Peut-être s’agit-il ici tout simplement d’une vieille lune, à savoir la confusion plus ou moins entretenue entre "collège unique" et "collège uniforme".

Justement, le collège unique est-il incompatible des parcours individualisés ?

Certainement pas. Et Christian Beullac - le successeur de René Haby - l’a déclaré publiquement dès 1978 : "Le collège unique ce n’est pas le collège uniforme ; c’est le lieu où doit se réaliser l’égalité des chances, et où pour cela la personnalité de chaque élève doit être prise en compte par une pédagogie adaptée et différenciée." Le collège unique n’a de sens que dans le cadre de la scolarité obligatoire, qui elle-même n’a de sens que si l’on apporte une réponse appropriée à la question - redoutable - de définir ce qui est indispensable à tout élève, donc acquis en priorité par tous et par chacun.

Il s’agit d’adapter au XXIe siècle la règle de base explicitée par Jules Ferry : "Ne pas embrasser tout ce qu’il est possible de savoir, mais bien apprendre ce qu’il n’est pas permis d’ignorer." Si nous réussissons cette définition d’une culture de base, alors les voies pour y parvenir peuvent - et même doivent - être diverses en tenant le plus grand compte des situations effectives.

La rupture d’un tabou - on ne parle plus de la "réforme" mais d’une "disparition" - prépare-t-elle le terrain à des changements de structures ?

S’il s’agissait de cela, ce serait un retour en arrière très sensible vers des filières soit ouvertement reconstituées au collège, comme dans l’ancien collège d’enseignement secondaire du début de la Ve République, soit vers un système encore plus ancien de différenciation entre différents types d’établissements plus ou moins camouflés en différents profils de collèges.

Et une fois encore, alors même que la question culturelle a été posée avec le socle commun de connaissances et de compétences dans le cadre de la loi d’orientation dite Fillon, ce serait une régression vers des solutions d’ordre structurel et non pas culturel. Ce serait, aussi, en pleine contradiction avec ce qui a été affiché dans la "Lettre aux éducateurs" signée par Nicolas Sarkozy.

Propos recueillis par Luc Cédelle Article paru dans l’édition du 08.09.07.

***************************************************

Articolo di Libération, del 7 settembre 2007

Libération Le collège unique en sursis Xavier Darcos se dit favorable à des programmes adaptés à chaque établissement.

Le collège unique a échoué, il faut donc le remplacer. Le ministre de l’Education Xavier Darcos, qui a fait cette annonce hier, a aussitôt pré­cisé que la scolarité obliga­toire jusqu’à 16 ans n’était pas ­re­mise en cause. Mais les col­lèges, désormais plus auto­nomes, pourront adapter leur enseignement à leur public : aux élèves en difficultés, souvent issus de milieux défavorisés, plus de français ou de sport « pour se défouler », aux autres un programme plus classique.

Le ministre a ainsi confirmé ce que le président Nicolas Sarkozy laissait entendre, mardi, dans sa « lettre aux éducateurs » : « Il m’a donné mission de rompre avec le collège unique. » Les publics sont devenus trop divers, les problèmes auxquels les ­enseignants sont confrontés aussi, pour continuer à dispenser un unique enseignement. « Plus personne ne croit que le principe selon lequel tout le monde doit faire la même chose au même moment dans l’Aveyron ou dans l’Essonne a du sens », a assuré Darcos sur France Inter. Le collège unique appartient donc « au passé ».

Examen. A la place, les établissements recevront « une plus grande autonomie » et pourront définir leur « politique pédago­gique ». « On donne à tous les collèges des cadres - il faut que tous les élèves fassent à peu près tant d’heures de telle discipline -, a expliqué le ministre, et on leur donne une marge de manœuvre importante pour que l’on puisse faire plus pour ceux en difficulté. » Soucieux de rassurer, il a précisé qu’il était exclu de réintroduire un examen pour entrer en sixième : « Il faut que les ­élèves aient les mêmes chances en y arrivant. » Le ministre faisait allusion aux 15 % d’élèves en échec scolaire en CM2, auxquels il faut ajouter 25 % d’élèves fragiles. Il devrait ­faire des propositions sur le sujet fin octobre. « Refondation ». Le Snuipp-FSU, premier syndicat des enseignants du primaire, reçu hier par le conseiller de Nicolas Sarkozy pour l’éducation, est sorti « rassuré » sur le fait qu’il n’y aurait pas d’examen. « Le col­lège unique ne fonc­tionne pas vraiment, tout le monde est d’accord », a ajouté son secrétaire général Gilles Moindrot, proposant de « dédoubler les classes et de travailler en petits groupes ». La « refondation » annoncée par Sarkozy ne va pas épargner le lycée, sur lequel Darcos fera des propositions début 2008. La filière L (littéraire) doit « être réactivée », a-t-il indiqué, « nous avons besoin de littéraires, d’élèves qui maîtrisent le discours, le raisonnement, on en demande partout ».Interrogé sur la filière ES (économique et sociale) dont il a récemment critiqué le manque de débouchés, il a répondu qu’elle « donnait très peu d’élèves dans les filières d’excellence, en particulier les classes prépara­toires ». « Ensuite, a-t-il regretté, ça oriente les élèves dans les amphis de droit ou de sciences humaines où nous avons les plus grandes difficultés à [les] intégrer. »

************************************************

Nel sito francese l’Expresso dell’edizione del 10 settembre della Newsletter Le Café pédagogique fortemente orientata verso posizioni che potremmo qualificare di sinistra si riesuma un’intervista fatta a Claude Lelièvre nella quale si collega la proposta di smantellare la scuola media unica con le discussioni sullo zoccolo comune di conoscenze. Il centramento dei programmi su una base minima di conoscenza preparerebbe lla fine della scuola media unica.

[1] Le collège unique a été instauré par la loi Haby du 11 juillet 1975 supprimant les collèges d’enseignement général avec leurs trois filières préparant au lycée, à l’apprentissage technique et à la vie active. L’objectif est que tous les élèves aient un enseignement et une culture commune. Jusque dans les années 80 toutefois, des élèves sont encore orientés dès la cinquième. Le collège unique est devenu le symbole de l’Ecole républicaine.

[2] Il libro più noto di Oakes a questo proposito è Keeping Track : How Schools Structure Inequality, 2005 - books.google.com Copyright © 1985 by Yale University Second Edition

[3] Per esempio , si veda l’articolo Achievement Effects of Ability Grouping in Secondary Schools : A Best-Evidence Synthesis, Review of Educational Research, Vol. 60, No. 3, 471-499.

[4] (Si veda l’articolo Secondary School Tracking and Educational Inequality : Compensation, Reinforcement, or Neutrality ? in The American Journal of Sociology, Vol. 94, No. 5 (Mar., 1989), pp. 1146-1183 This article consists of 38 page(s).

[5] Le ricerche ginevrine si trovano nel sito dello SRED (Service de la Recherche en Education del Dipartimento della Pubblica Istruzione) svolgendo una ricerca nel sito dello SRED con la rubrica HÉTÉROGÉNÉITÉ ET DIFFÉRENCIATION.

[6] Claude Lelièvre è stato membro della commissione Thélot che ha proposto la creazione dello zoccolo comune di conoscenze

Les documents de l'article

Darcos_missione.jpg
Willms.pdf
Le_Monde.jpg
Libe.gif
Le_Cafe_pedagogique.jpg