Presentazione del libro di Anne Barrère professore di pedagogia all’Università di Parigi V (Università Descartes) sulle attività di auto-apprendimento degli adolescenti.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Uno sguardo positivo sugli studenti

Non si impara solo a scuola. La scuola non detiene il monopolio dell’apprendimento. E’ sempre stato così e lo è tuttora. I giovani sanno anche auto-regolarsi e non sono necessariamente tutti drogati da Internet o dipendenti dai video-giochi. Il libro offre una visione positiva della cultura giovanile odierna e invita insegnanti e educatori a essere meno pessimisti. Quanto succede fuori dalle aule scolastiche e dalle scuole concorre a formare i giovani. Le pratiche di socializzazione, i giochi, sono prove che formano il carattere, sono sfide nelle quali i giovani apprendono a conoscersi, sono anche occasioni di scambi di conoscenze. Non tutto è male nella cultura contemporanea. Non tutto quello che si insegna a scuola è interessante e valido. I giovani sanno fare la differenza. Quando a scuola si affrontano temi esigenti e rilevanti stanno attenti, studiano, sono disciplinati. La musica cambia quando capiscono che devono ascoltare e studiare lezioni prive di valore. Il libro è costruito su una serie di interviste fatte a studenti dell’ultimo anno della scuola media e dell’ultimo anno della scuola secondaria di secondo grado. Barrère mette in evidenza l’autonomia culturale dei giovani, autonomia e auto-organizzazione che sono pure state rivelate dalle indadini di Sugata Mitra sull’uso da parte delle giovani generazioni delle nuove tecnologie dell’informazione (le TIC).

Anne Barrère, L’éducation Buissonnière- Quand les adolescents se forment par eux-mêmes-, Armand Colin, octobre 2011, 228 pages, 22€

Anne Barrère est professeure de sciences de l’éducation à l’université de Paris Descartes. Laboratoire CERLIS-CNRS

Dalla quarta di copertina :

Blogs, net, chat, musiques, sports et fêtes en tous genres, risques nouveaux, démesures, addictions : ces pratiques, souvent sous le signe de la défiance, parfois de la dénonciation, sont systématiquement présentées comme un obstacle à l’éducation. Un constat qui ne cesse, rentrée après rentrée, de susciter des inquiétudes morales : adolescents désocialisés, crise de la transmission des savoirs et des normes, incarnées à merveille par le no-life rivé nuit et jour à son ordinateur. Mais ces activités plurielles sont-elles vraiment dépourvues de toute dimension éducative ? Cette enquête, au travers d’une longue plongée dans le monde de collégiens et de lycéens de tous milieux sociaux, invite à changer de regard. Elle nous montre comment, aujourd’hui, les adolescents s’éduquent eux-mêmes en dehors de tout projet institutionnel, au-delà de l’école et des familles, dans une sphère d’activités choisies, qui connaît depuis le tournant numérique une nouvelle extension. Comment une telle vision est-elle concevable ? En remettant à l’ordre du jour une conception ancienne de l’éducation comme formation du caractère. C’est en affrontant une série d’épreuves, en régulant leurs excès et leurs implications, en s’acheminant vers leur singularité, que les adolescents inaugurent aujourd’hui une nouvelle ère de l’éducation, en dehors des murs de l’école, à la fois cachée et sous les yeux de tous.

Table des matières :

Chapitre 1  : Une nouvelle question éducative La réinvention de l’éducation ? Un domaine à part entière : les activités électives adolescentes Une éducation buissonnière Présentation de l’enquête

Chapitre 2 : Face à l’excès Activités, polyactivité, suractivité École et familles : des limites à géométrie variable Face à la démesure : l’expérience adolescente La gestion pragmatique de l’excès

Chapitre 3  : À la recherche de l’intensité Les bonheurs et les malheurs de l’intensité Comment entretenir l’intensité ? De l’intensité à la motivation scolaire

Chapitre 4 : Au défi de la singularité La fabrication standardisée des adolescents Les exercices de la singularité adolescente Singularité et groupe de pairs

Chapitre 5 : Cheminer La vie rêvée des adolescents S’orienter : le deuil des rêves ? Cheminer : un pied devant l’autre

 

Voire aussi l’interview à Anne Barrère par le "Café Pédagogique", 31 janvier 2012.

Les documents de l'article

Education_buissonniere.pdf