Version imprimable de cet article Version imprimable

"Le petit livre de Marie Duru Bellat "Le mérite contre la justice" nous aide bien à y voir plus clair à remettre en cause des évidences rapides et à creuser les relations complexes entre mérite et justice, plus complexes peut être que le titre accrocheur ne semble le laisser supposer. L’auteure nous montre le mérite (’) de cette notion mais surtout ses limites quand il est exacerbe et règne en maitre."

Jean Michel Zakhartchouk

Le mérite contre la justice. Les Presses de Sciences Po, Paris, 2009

 

 

À maints égards le mérite est source d’injustices. Est-il bien mérité, ou même comment l’évaluer ? Son règne engendre de nombreux effets pervers : à l’école, où l’objectif de formation de tous s’efface en effet devant la sélection des plus méritants ; dans le monde du travail, quand se caler sur la réussite scolaire amène à négliger bien d’autres talents et conforte une concurrence délétère.

Sans écarter toute référence au mérite, il faut accepter d’en débattre, d’en réévaluer sans cesse les contours et surtout admettre qu’il ne saurait constituer l’alpha et l’oméga d’une politique de justice sociale.

 

Langue français
ISBN-10 2-7246-1130-6
ISBN-13 978-2-7246-1130-4
Année de publication juillet 2009
Prix recommandé 12,00


 


Sommaire

INTRODUCTION
Un certain consensus, de la droite à la gauche
Des divergences dans l’application
La méritocratie : un choix à débattre

Chapitre 1 LE MÉRITE : JUSTIFICATIONS PSYCHOLOGIQUES, JUSTIFICATIONS SOCIALES
Naturaliser le social, une tentation récurrente
Croire au mérite : entre confort psychologique et idéologie
Des variations selon la position sociale
Les habits scolaires de l’idéologie méritocratique
Scepticisme et divergences face à la méritocratie
Conclusion

Chapitre 2 LE MÉRITE AU PRISME DU MÉRITE SCOLAIRE
Les carrières scolaires, un reflet bien imparfait du mérite
L’école, un espace de compétition non neutre
Particularités et ambiguïtés du mérite scolaire
Des inégalités méritées, mais pour autant justes ?
Un mérite scolaire fort critiqué
Conclusion

Chapitre 3 LE MÉRITE DANS LA « VRAIE VIE »
Les acteurs, contre la « tyrannie des diplômes »
Le mérite, c’est ce qui est jugé méritoire…
Le marché du mérite et ses déterminants structurels
L’horizon incertain de la méritocratie
Conclusion

Chapitre 4 L’ENFER DU (SEUL) MÉRITE
Une perversion des missions de l’école
La « partialité légitime » des familles
Les coûts du culte de la performance dans le monde du travail
Mais peut-on se passer du mérite ?
Conclusion

CONCLUSION
L’égalité des chances, consensuelle et conservatrice…
Tempérer la course au mérite

 

Dans la presse française :

 

Le Nouvel Observateur

8 oct. 2009
"Promouvoir les plus "méritants" sert surtout à légitimer une école profondément injuste, dénonce un ouvrage de la sociologue Marie Duru-Bellat".

Lire l’article de Véronique Radier dans Le Nouvel Observateur du 8/14 octobre 2009

L’Humanité
19 sept. 2009

"Lauteure ne propose pas d’abolir le mérite. Mais d’en réévaluer les contours, de ne pas en faire l’alpha et l’oméga d’une politique de justice sociale. Un livre à lire d’urgence. Il le mérite." LM

Libération

4 sept. 2009

Article de Véronique Soulé "La cote des boursiers monte en prépa"

« Tout ça est très bien pour les heureux élus, souligne la sociologue Marie Duru-Bellat, maîs un enfant d’ouvrier sur deux n’arrive pas au bac. Ils ont du mal en primaire et la, ce n’est pas une question de mérite On se donne ainsi bonne conscience, maîs on intervient très tard, et c’est une goutte d’eau Ensuite, on conforte le système des prépas, coûteux, qui valorise certaines facettes du mente et sur lequel on pourrait s’interroger »

 

Les documents de l'article

jpg_Merito_contro_giustizia.jpg
jpg_Marie_Duru-Bellat2.jpg